2 janvier 2020
Actualité

La maison du futur s’appuiera sur l’énergie décarbonée

Après des campagnes de longue haleine au niveau mondial, l’humanité est désormais convaincue de l’urgence « climatique ». En France, un habitant émet en moyenne 11,9 tonnes d'équivalent CO2 par an. Soit environ 32,6 kg de CO2 chaque jour. A l’origine de ces émissions, le transport arrive en tête, puis viennent les émissions du bâtiment à cause des énergies fossiles (gaz et fioul) encore massivement utilisées pour le chauffage. C’est pourquoi toutes les innovations concernant les économies d’énergie et la réduction de l’empreinte carbone des moyens de transport et des équipements des logements sont les bienvenues. De ces innovations, émergent des maisons écologiques alimentées par une énergie décarbonée. Mais qu’est-ce que l’énergie décarbonée ? Il est essentiel de redéfinir ce terme encore un peu flou. Cette énergie décarbonée doit permettre la construction de la maison écologique du futur.

Energie décarbonée : qu’est-ce que c’est ?

 

Une source d’énergie est dite « renouvelable » lorsqu’elle se forme ou se reconstitue plus rapidement qu’elle est consommée. Elle consiste à utiliser les ressources naturelles disponibles et inépuisables à l’échelle humaine comme le soleil, le vent ou l’eau. Donc par définition, toutes les énergies renouvelables sont qualifiées de « décarbonées ». Cependant, le postulat inverse n’est pas vrai. Comme son nom l’indique, l’énergie décarbonée signifie qu’elle n’émet pas de CO2. En réalité, aucune énergie n’émet zéro carbone. En effet, il convient d’intégrer les étapes en amont et en aval de la production d’énergie. C’est, contre toute attente, l’électricité nucléaire qui est l’une des plus décarbonée de France. Les barrages hydro-électriques mais avant les éoliennes et surtout les panneaux photovoltaïques rejettent une quantité de CO2 non négligeable.

 

Une démarche valorisée et labellisée

 

Fin 2020 RE 2020 va remplacer la RT 2012 alors que les expérimentations du label E+ C- ont déjà commencé. Avec cette réglementation, il ne s’agit plus seulement de performance thermique mais bien de performance environnementale. E + C- fixe un niveau plancher d’énergie à consommer allant jusqu’au bâtiment à énergie positive, mais aussi un seuil maximum d’émission carbone à ne pas dépasser. Les bases de la maison du futur écologique à basse émission de carbone sont mises en place. Elles  comportent quatre niveaux qualifiant la qualité énergétique et deux niveaux pour valoriser les émissions de CO2 tout au long du cycle de vie du bâtiment, sur une durée de 50 ans. Allant de 1 à 4, le bilan énergétique, E+, tient compte de la typologie du bâtiment, des usages et des facteurs géographiques. La performance environnementale, C-, repose sur le calcul des émissions de CO2 sur la totalité du bâtiment mais aussi sur l’ensemble des produits qui le composent : équipements, matériaux, produits de construction… Le maximum à atteindre est E4C2 pour un habitat décarboné et au bilan énergétique nul. Grâce à ce label et aux innovations environnementales, la maison écologique du futur s’appuiera sur une énergie décarbonée pour garantir un confort quotidien tout en émettant un minimum de CO2.

EC énergie positive

La maison écologique du futur

 

Qu’est-ce qu’une maison écologique ? Une maison écologique est une habitation conçue pour être respectueuse de l'environnement. On parle aussi d’écoconstruction. Ce type d'habitat doit créer le moins de pollution possible en réduisant ses besoins et pertes d'énergie. Ce s’applique sur différents aspects :

  • la conception : les plans d'une maison écologique et autonome doivent être réalisés en faisant en sorte que celle-ci soit en harmonie avec son environnement
  • les matériaux de construction : pour construire une maison écologique, il faut privilégier l'utilisation de matériaux d'origine naturelle, recyclables ou des matériaux ne produisant pas d'énergie polluante
  • les équipements : ils doivent permettre de réduire la consommation d'énergie, en ayant recours à des systèmes alternatifs de chauffage ou de production d'eau chaude sanitaire. On pourra citer par exemple l’utilisation de thermostat de radiateur électrique ou de système de chauffage connecté.

De sa construction à sa démolition, la maison écologique décarbonée sera dans cette logique de « faible émission de carbone ».  Elle sera confortable à toutes les saisons de l’année. Elle sera connectée pour piloter l’intégralité de ses équipements à distance, comme les radiateurs électriques intelligents de Muller Intuitiv . Elle sera autonome pour s’adapter à l’environnement et aux conditions extérieures. Elle consommera un minimum et surtout une énergie propre… Voilà à quoi ressemblera la maison écologique du futur ! Une chose est sûre, on se dirige vers une généralisation de ces habitats décarbonés et intelligents. Tout ça commence par les radiateurs électriques !